grand-geneve-le-confort-prime-pour-se-deplacer

Grand Genève: le confort prime pour se déplacer

Genève : Grand Genève: le confort prime pour se déplacer |

La mobilité des habitants de Grand Genève change. Lorsqu’il s’agit de choisir un moyen de transport, le confort, l’efficacité et la volonté de limiter les émissions de CO2 pèsent davantage dans la balance que le prix et la durée d’un déplacement.

Toute la population est devenue multimodale, relèvent les chercheurs du Laboratoire de sociologie urbaine (LASUR) de l’EPFL dans une enquête rendue publique mercredi. Une majorité des 2100 personnes interrogées présente des dispositions favorables à l’utilisation d’autres moyens de transport que la voiture ou les deux-roues motorisés.

Car l’image de la voiture continue de se dégrader dans l’agglomération franco-valdo-genevoise. En 2018, 33% des sondés lui attribuent des adjectifs négatifs. Ils n’étaient que 12% en 1994.

Un «potentiel certain»

A l’inverse, l’image des transports publics s’améliore, même si les chercheurs considèrent qu’elle reste mitigée. En 2018, 50% des sondés citent des adjectifs positifs, contre 39% en 1994. La relative lenteur des transports publics semble être l’élément le plus dissuasif.

La baisse de l’utilisation de la voiture au profit des transports publics et de la marche se confirme. Si l’utilisation du vélo reste stable, il existe un «potentiel certain» de report modal de l’automobile vers le vélo électrique. Les chercheurs préconisent par exemple des itinéraires de vélo continus et sécurisés en ville.

L’enquête révèle également que les résidents de la ceinture française du canton de Genève sont forcés de prendre la voiture, faute d’alternatives. Les chercheurs jugent qu’une politique de stationnement plus restrictive dans les secteurs bien desservis par les transports publics pourrait changer la tendance. (ats/nxp)

Créé: 09.10.2019, 12h21

Source

Article gratuit et sans publicité, soutenez-nous en partageant avec votre réseau :
Retour haut de page