IBM étudie la cession de Watson Health

Recentrer sur les services cloud avec Red Hat, IBM envisagerait la vente de son activité Watson Health dans le cadre de son initiative Cloud Focus. Un plan stratégique qui prévoit la suppression de 10 000 emplois dans le monde et la cession de sa division Managed Infrastructure Services d’ici la fin 2021.

Engagé dans une profonde restructuration de ses activités clefs depuis le rachat de Red Hat et l’arrivée de son dernier CEO Arvind Krishna, IBM envisage de vendre sa division Watson Health, selon le Wall Street Journal. Rappelons que cette entité utilise l’intelligence artificielle pour aider les hôpitaux, les mutuelles et les fabricants de médicaments dans la gestion et l’analyse de leurs données de santé. Parmi les services, on peut citer Merge Healthcare, qui analyse les mammographies et les IRM; Phytel, qui aide à la communication avec les patients; et Truven Health Analytics, qui analyse des données de santé complexes. Elle a réalisé un chiffre d’affaires proche du milliard de dollars en 2020, sans atteindre l’équilibre financier. Le patron de big blue entend désormais se concentrer sur les services cloud qui portent la croissance de concurrents comme AWS, Microsoft Azure ou Google Cloud. Cette annonce intervient après la présentation d’un plan choc en octobre dernier qui prévoit la cession des activités infrastructures et services et le départ de 10 000 salariés dans le monde.

La firme d’Armonk étudie plusieurs options pour la cession de Watson Health : la vente à un fonds d’investissement ou un rapprochement avec une autre entreprise, selon le Wall Street Journal. Avec cette activité santé portée par l’IA, big blue avait affiché de grandes ambitions, notamment pour l’accompagnement des traitements contre le cancer. IBM propose également des services IA Watson dans les domaines de la banque et des RH, mais beaucoup de ses promesses initiales ne se sont pas réalisées, alors que les tarifs de sa solution sont particulièrement salés. La société a donc dû revoir ses ambitions pour Watson, en supprimant notamment des emplois l’année dernière.

Source