la-buvette-historique-du-parc-la-grange-va-changer-de-mains

La buvette historique du parc La Grange va changer de mains

Genève : La buvette historique du parc La Grange va changer de mains |

Le bâtiment est certes un peu défraîchi, mais mignon comme tout. Et son emplacement est idyllique. La Crémerie du parc La Grange, léguée à la Ville de Genève par William Favre, donateur de l’ensemble du domaine, réjouit les promeneurs depuis cent ans. Elle n’avait connu jusqu’ici qu’un seul exploitant, la section genevoise de la Ligue suisse des femmes abstinentes. Mais dès l’an prochain, elle va changer de cap.

Rafraîchissement cet hiver

À la suite d’un appel d’offres, la Ville vient de désigner les nouveaux gérants. Coup de jeune en perspective, car c’est un trio frisant la trentaine qui a décroché le jackpot. Basile Gorgerat, Loan Taillard et Édouard Lebedinsky, les trois potes qui ont créé voici deux ans Le Marcel, un sympathique café-boulodrome de la rue Dancet, dont le succès a été immédiat.

«C’est Loan qui a vu l’annonce, explique Basile. Nous avons tout de suite été intéressés, car la formule nous plaît. Et puis Édouard habite à dix mètres du parc La Grange, il connaît bien l’endroit.» Parmi les conditions fixées par la Ville: plaire au plus grand nombre, pratiquer des prix abordables et utiliser des produits locaux, des ingrédients qui se déclinent déjà au Marcel.

Un jury réunissant plusieurs départements municipaux a départagé les projets. «Nous avons été auditionnés par une dizaine de personnes et nous avons reçu confirmation la semaine passée, poursuit Basile. Nous aurons la gérance de la buvette pour les cinq prochaines années. Nous l’exploiterons sans changer les horaires, de façon saisonnière, comme c’est déjà le cas aujourd’hui, de mars à octobre.»

En effet, la Crémerie ne comporte pas de places intérieures. Elle vaut uniquement par sa superbe terrasse. Un rafraîchissement des lieux va néanmoins être entrepris durant cet hiver. Si l’enveloppe historique du bâtiment, protégée, ne sera pas modifiée, «une baie vitrée va remplacer les stores, fatigués, informe Cédric Waelti, conseiller de direction au Département de l’environnement urbain et de la sécurité. À l’intérieur, quelques travaux, notamment de peinture, sont prévus. Le Service des bâtiments fera une évaluation plus précise après la sortie du locataire actuel, à la fin du mois d’octobre.»

Croques, salades et brunchs

Que mijoteront les nouveaux exploitants dès le printemps prochain? On ne change pas radicalement une formule gagnante. «Les croques, ça fonctionne bien ici, au Marcel, et c’est facile à manger. Je pense que ça marchera aussi au parc La Grange, estime Basile. On proposera également un choix de salades. Les petits-déjeuners seront simples, mais le soir, on imagine des planchettes charcuterie-fromage. Et le week-end, on organisera des brunchs.»

«Les croques, ça fonctionne bien ici, au Marcel, et c’est facile à manger. Je pense que ça marchera aussi au parc La Grange» – Basile Gorgerat, l’un des trois nouveaux gérants

La Ville souhaitait aussi que les nouveaux gérants entreprennent des tournées en triporteur, histoire de proposer une petite restauration itinérante dans d’autres parties du parc. «Nous avons commencé nos recherches pour en acquérir un, indique Basile. On y vendra en tout cas des croques et des sandwichs.»

L’animation de la terrasse demeure le vrai défi. Le trio a déjà sa petite idée. Le lieu sera multiple, afin que chaque visiteur s’y retrouve. Il y aura des coins familles, transats, lecture, etc. Et la pétanque, qui cartonne au Marcel? «On ne sait pas si on a le droit d’aménager un petit terrain, mais on a émis le souhait d’avoir un espace de jeu sur la terrasse, relève Basile. Cela devrait être possible, tout en respectant l’historique du lieu, ce qui est exigé par la Ville.» Futés, les compères ont découvert qu’à l’époque, il y avait un terrain de tennis à l’emplacement de la terrasse…

Zéro déchet

Pour l’heure, les nouveaux gérants peaufinent leur projet. «Nous avons proposé à la Ville un concept presque zéro déchet, informe Basile. Côté financier, on a un peu de réserve, et l’investissement n’est pas aussi important que pour ouvrir un restaurant. En tout cas, on se réjouit de ce nouveau défi.»

Créé: 19.10.2019, 09h05

Source

Partager sur vos réseaux sociaux :
Retour haut de page