la-commune-de-meyrin-souhaite-mettre-deux-femmes-a-lhonneur

La Commune de Meyrin souhaite mettre deux femmes à l’honneur

Genève : La Commune de Meyrin souhaite mettre deux femmes à l’honneur |

La vague violette du 14 juin, quand des centaines de milliers de femmes ont défilé un peu partout en Suisse, n’a pas fini de déferler. Et Meyrin veut apporter sa contribution, sous la forme d’une meilleure représentation féminine dans la nomenclature de ses artères. À la demande du Service cantonal de la mensuration officielle, la Commune doit en effet dénommer un parc et un chemin qui n’avaient jusqu’à présent pas de nom. Inspiré par le projet «100Elles», qui vise à rendre visibles cent femmes emblématiques de Genève (lire en page 6), l’Exécutif désire mettre deux Meyrinoises à l’honneur: Monique Bauer-Lagier et Renée Pellet.

Le conseiller administratif Pierre-Alain Tschudi explique ce choix, qui devra encore faire l’objet d’un arrêté du Conseil d’État: «L’année 2019 a été marquée par la grève des femmes, mais nous nous sommes aussi appuyés sur une motion qui vient d’être adoptée par le Grand Conseil. Elle invite le Conseil d’État à renommer au moins cent rues ou places d’importance dans le canton avec des noms de personnalités féminines ayant marqué Genève.» En la matière, Meyrin fait figure de parent pauvre. Seules deux de ses artères résonnent au féminin: la rue Emma-Kammacher et l’avenue Sainte-Cécile. Si les nouveaux noms sont retenus, la Commune va doubler son quota!

Mais qui sont ces deux dames? Monique Bauer-Lagier, qui pourrait donc donner son nom à un chemin, est née en 1922, découvre-t-on dans «Meyrin Ensemble» sous la plume de l’urbaniste communal Rafael Schultz. Ses parents, Jean et Thérèse Lagier, professeurs, habitaient dans l’école de Meyrin-Village. Politicienne libérale, députée puis élue au Conseil national en 1975, elle s’est notamment fait connaître pour son engagement en faveur d’une représentation égalitaire entre hommes et femmes. Elle a pris part à la commission sur le droit matrimonial et à celle pour inscrire le principe de l’égalité dans la Constitution. Elle s’est éteinte en 2006.

Renée Pellet s’est également illustrée en politique. Cette Meyrinoise née en 1905 a connu son heure de gloire en 1960: «Elle a été la première femme en Suisse élue au sein d’un Exécutif communal, celui de Meyrin en l’occurrence, relève fièrement Pierre-Alain Tschudi. La votation, qui s’est tenue les 1er et 2 octobre, était le premier scrutin après l’introduction du suffrage féminin sur le plan cantonal.» Élue sur la liste Mouvement féminin de Meyrin au poste d’adjointe au maire, Renée Pellet a battu à cette occasion deux candidats masculins. Elle a par la suite siégé au Conseil municipal, dont elle fut la présidente en 1968. La Mairie souhaite donner son nom au parc qui jouxte le centre commercial.

Créé: 03.11.2019, 17h22

Source

Article gratuit et sans publicité, soutenez-nous en partageant avec votre réseau :
Retour haut de page