La fermeture des restaurants a fait exploser les stocks de frites congelées

Le marché de la pomme frite s’est littéralement effondré en Suisse depuis l’an dernier, en raison de la pandémie et de la fermeture des restaurants. Conséquence: les transformateurs sont assis sur une montagne de petits bâtonnets.

Ces tonnes de marchandise sont stockées dans des congélateurs en attendant des temps meilleurs. Les ventes de pommes de terre ont pourtant plutôt progressé, globalement, ces derniers mois. Mais le marché de la frite, des croquettes ou des pommes duchesse s’est effondré dans la restauration.

Les producteurs de frites ne parviennent pas à écouler leurs stocks / Le 12h30 / 1 min. / aujourd’hui à 12:34

« La fermeture du secteur de la gastronomie entraîne un fort recul de la demande », confirme le gérant de la faîtière Swisspatat mercredi dans le 12h30. « On parle d’un produit qui est consommé en grande partie hors domicile », rappelle Christian Bucher.

Aussi des pommes de terre non transformées

Il n’est cependant pas question pour l’heure de jeter de la marchandise, puisque les frites surgelées se conservent plusieurs mois. Mais les transformateurs ont aussi accumulé des montagnes de pommes de terre à frite non transformées. Et une partie d’entre elles va devoir finir en fourrage pour le bétail.

Les producteurs, dont la moitié sont Fribourgeois et Bernois, vont donc devoir se serrer la ceinture. « Nous estimons que pour la période de culture 20-21, la surface des patates à pommes frites devra être réduite de 10% à 15% », relève Christian Bucher. « Cela correspond à 300 à 400 hectares de terres qui ne seront pas cultivées cette saison ».

Ce sont ainsi près de 20’000 tonnes en moins, qu’il faudra remplacer par d’autres cultures comme le maïs qui rapportera moins.

Alain Arnaud/oang

Source