Genève : La scène du Grand Théâtre inondée après des incidents à répétition |

La scène du Grand Théâtre inondée après des incidents à répétition

Genève : La scène du Grand Théâtre inondée après des incidents à répétition |

Un véritable déluge. Pendant de longues minutes, des trombes d’eau se sont abattues sur la scène fraîchement rénovée du Grand Théâtre. L’incident a eu lieu mardi matin, aux alentours de 8 h. Il s’est à nouveau produit ce jeudi, toujours à la même heure, a appris la «Tribune de Genève».

À chaque fois, le scénario est le même. L’alarme et le rideau d’eau, qui permet d’inonder le plateau en cas d’incendie, se déclenchent sans que l’on sache pourquoi. «Pour le moment, on est en train de chercher les causes», déclare Olivier Gurtner, responsable presse du Grand Théâtre. «On estime pour l’heure que l’origine est liée à un problème du système et non à une intervention humaine.»

Environ 1000 litres d’eau par minute

Heureusement, des membres du personnel technique étaient présents sur le plateau. Ils ont rapidement pu couper l’eau. Alertés par l’alarme automatique, les pompiers du Service d’incendie et de secours (SIS) de la Ville de Genève sont arrivés sur les lieux en cinq minutes. Se rendant compte que leurs lances et canon à eau seraient inutiles cette fois-ci, ils les ont troqués contre des aspirateurs à eau. «Vu la complexité des lieux, l’intervention s’est avérée compliquée», indique le capitaine Frédéric Jaques du SIS. Ses hommes sont restés une heure sur place mardi, un peu moins jeudi.

Situé à hauteur du rideau de scène, à proximité de la fosse d’orchestre, le rideau d’eau a la capacité d’injecter environ 1000 litres d’eau par minute. «Nous avons effectué tous les contrôles d’usage et nous n’avons pas trouvé le moindre indice confirmant la présence de fumée sur les lieux», observe, perplexe, le capitaine Frédéric Jaques. Il ajoute: «Rien ne justifie le déclenchement du rideau d’eau.» Des experts en électricité des Services industriels de Genève (SIG) ont également inspecté les lieux.

Dégâts «sérieux»

Les dégâts sont importants. En plus de se déverser sur le plateau, l’eau s’est infiltrée dans la fosse d’orchestre et dans les dessous de scène. «Les conséquences sur l’équipement technique (lumières, électronique) et certains éléments de décor de l’opéra sont sérieuses», se désole Olivier Gurtner.

La machinerie, qui ne fonctionne plus de manière optimale depuis la fin des travaux (lire ici et ici), pourrait également avoir été touchée par l’inondation. Olivier Gurtner précise que des tests pour évaluer l’état de la machinerie seront menés vendredi matin.

Répétitions repoussées

Ce double incident tombe alors que les équipes sont en train de répéter pour le prochain opéra – «Aida» de Giuseppe Verdi. «Les répétitions scéniques et musicales ont dû être réorganisées, grâce à un effort très important des équipes techniques et artistiques du Grand Théâtre et de l’Orchestre de la Suisse romande», explique Olivier Gurtner. La répétition de la prégénérale a dû être repoussée: elle devait avoir lieu vendredi, elle se jouera lundi.

Les représentations d’«Aida» débutent dans quelques jours, le vendredi 11 octobre. «S’il n’y a pas d’autres problèmes, on prévoit de maintenir la première comme prévu», espère Olivier Gurtner.

Important déficit

En Ville de Genève, le Grand Théâtre est un sujet brûlant. Un crédit extraordinaire doit être soumis au Conseil municipal la semaine prochaine. D’un montant de 3,2 millions de francs, il vise à combler le trou qui se creuse dans les caisses de l’institution lyrique. Ses responsables ont expliqué cet important déficit par le retrait de la subvention cantonale de 3 millions de francs, les résultats décevants de la billetterie, ainsi que par les coûts induits par le retard du chantier.

Pour les élus, cette nouvelle rallonge devrait faire l’effet d’une douche froide. Déjà saisie d’un premier crédit extraordinaire à l’automne dernier, la Ville a investi près de 80 millions de francs pour rénover l’enceinte de la place Neuve. Ces incidents inexpliqués ne rendront pas les débats plus sereins.

Créé: 03.10.2019, 20h53

Source

Partager sur vos réseaux sociaux :
Retour haut de page