La société Nexthink prévoit d’engager jusqu’à 200 personnes à Lausanne

Nexthink a procédé à une ronde de financement qui lui a permis de lever 162 millions de francs. La société basée à Prilly va investir principalement dans la recherche et le développement, avec de nombreux emplois à la clé dans le canton de Vaud.

« Nous allons créer 200 à 250 postes en recherche et développement dont la plupart, soit 80%, à Lausanne », a indiqué à AWP le directeur général et fondateur Pedro Bados, désormais installé aux Etats-Unis à Boston. Les emplois devraient voir le jour dans un délai de « 12 à 18 mois ». Ces investissements doivent aboutir à la commercialisation de nouveaux produits d’ici deux à trois ans. Des « innovations » sont annoncées pour cette année.

La société emploie 700 personnes, dont 300 en Suisse, 200 en Europe et le reste aux Etats-Unis. En 2020, l’entreprise a passé le cap des 100 millions de dollars de recettes récurrentes et signé 180 nouveaux contrats. Zurich Insurance, Swatch Group Services ou EM Microelectronic figurent parmi ses quelque 1000 clients, dont l’effectif peut varier entre 5000 et 400’000 personnes.

« Licorne » suisse

Grâce à cette levée, l’émanation de l’Ecole polytechnique fédérale de Lausanne (EPFL) revendique désormais le statut de « licorne » – ces entreprises technologiques valorisées à plus d’un milliard de dollars. Le nouvel apport de fonds a fait grimper la valeur de l’entreprise à 1,1 milliard de dollars. La société britannique d’investissement Permira ainsi que les actionnaires historiques Highland Europe et Index Ventures ont participé à cette ronde.

« La crise n’a fait qu’exacerber le constat pour les entreprises qu’elles doivent mieux gérer leur parc informatique », raconte Yassine Zaied, directeur de la stratégie de Nexthink, dans l’émission Forum lundi.

Nexthink développe des logiciels destinés à améliorer l’expérience numérique des collaborateurs et collaborateurs. « Nous regardons les interactions de dizaines de milliers d’utilisateurs avec l’informatique, et on peut ainsi comprendre au mieux ce dont qu’ils ont besoin », explique Yassin Zaied. Le but est d’éviter des problèmes informatiques – et donc d’améliorer la productivité et le confort des utilisateurs et utilisatrices –  et également faire des économies d’échelle pour les entreprises en optimisant l’entourage informatique des salariés.

>> L’interview complète de Yassin Zaied dans Forum:

Une entreprise lausannoise dépasse le milliard de dollars de valorisation boursière [RTS]

Une entreprise lausannoise dépasse le milliard de dollars de valorisation boursière / Forum (vidéo) / 7 min. / le 8 février 2021

« Nous sommes leaders dans cette activité avec une part de 30 à 35% du marché global », explique Pedro Bados. L’Europe constitue le plus gros marché et contribue à 60% au chiffre d’affaires contre 30% pour les Etats-Unis et 10% pour le reste du monde, principalement l’Inde et le Moyen-Orient. La croissance la plus forte est attendue sur le marché américain, le plus important dans le domaine des logiciels.

Le télétravail comme accélérateur

Selon le patron et fondateur de Nexthink, la tendance au télétravail imposée par la crise sanitaire va contribuer au développement de l’entreprise. « Nous avons ressenti un choc important sur notre activité les deux à trois premiers mois de la pandémie, comme le reste de l’économie. Le recours aux moyens de communication numériques va cependant porter notre croissance. Nous avons beaucoup de projets prévus en 2021. »

Pour Pedro Bados, une introduction en Bourse constituerait une suite logique au développement de l’entreprise. Actuellement, une cotation aux Etats-Unis, sur l’indice à forte coloration technologique Nasdaq, serait toutefois privilégiée si un tel projet venait à se concrétiser.

Nexthink annonce par ailleurs la nomination de Bruce Chizen, ancien directeur général du développeur de logiciels graphiques Adobe, au conseil d’administration.

ats/kkub

Source