Le chômage a augmenté à 3,7% en janvier, du jamais vu depuis 2010

Le taux de chômage a encore augmenté en Suisse en janvier, atteignant 3,7% contre 3,5% en décembre. Il faut remonter à avril 2010 pour retrouver un tel niveau. L’impact de la crise liée au Covid-19 continue de se faire sentir sur l’économie helvétique.

A fin janvier, 169’753 personnes étaient inscrites au chômage auprès des offices régionaux de placement, soit 6208 de plus que le mois précédent. Sur un an, le chômage a augmenté de 40,3%, soit 48’735 personnes de plus, selon les relevés du Secrétariat d’Etat à l’économie (Seco) publiés lundi.

La Suisse romande et le Tessin restent les régions les plus touchées, avec un taux de sans-emploi de 4,9%, en hausse de 0,2 point. Dans la partie alémanique du pays, ce taux est passé à 3,2%, contre 3,1% en décembre.

Par cantons, c’est le Jura qui est lanterne rouge avec un taux de chômage de 5,7% (+0,1). Suivent Genève (5,6%, +0,2), Neuchâtel (5,1%, +0,1), Vaud (5%, +0,1) et le Valais (4,9%, +0,2). Fribourg (3,9%, +0,1) et Berne (2,9%, +0,1) sont mieux lotis, alors que c’est Appenzell Rhodes-Intérieures qui affiche le taux le plus bas, à 1% (+0,1).

Toutes les classes d’âge

En janvier, le chômage des jeunes de 15 à 24 ans a augmenté de 72 personnes (+0,4%), passant à 17’766. Sur un an, il a bondi de 41% (+5169 personnes). Le nombre des chômeurs de 50 à 64 ans a crû de 4,4% (+1985 personnes), à 47’515 personnes, ce qui correspond à un bond de 39,1% en un an (+13’365 personnes).

Le mois dernier, l’ensemble des demandeurs d’emploi inscrits se chiffrait à 261’499 personnes, soit 1181 de plus qu’en décembre et 67’266 (+34,6%) de plus qu’au même mois de l’année précédente. Le nombre de places vacantes annoncées en janvier 2021 s’est enrobé de 7715, passant à 32’941, dont 21’684 étaient soumises à l’obligation d’annonce.

Selon les dernières données disponibles, en novembre 2020, le chômage partiel a bondi de 35,2% sur un mois, touchant 296’592 personnes. En tout, plus de 34’310 entreprises ont eu recours à cette mesure, soit un bond de 50,1%. Le nombre d’heures de travail perdues a aussi grimpé de près de 50% à 19’156’622 heures.

sjaq/boi avec ats

Source