Le mega-contrat cloud Jedi pourrait être reconsidéré par le Pentagone

Le Département américain de la Défense pourrait revoir sa stratégie sur son contrat cloud Jedi à 10 Md$, devant le risque de voir se prolonger de plusieurs années le contentieux judiciaire avec Amazon. Ce denier conteste l’attribution du marché à Microsoft. Le DOD met en avant ses autres contrats clouds avec différents fournisseurs.

Microsoft pourrait perdre le contrat cloud Jedi de 10 Md$ qu’il a décroché il y a 2 ans avec le Pentagon avant que Amazon Web Services ne conteste son attribution en justice. L’administration pourrait en effet revoir sa stratégie sur ce projet de modernisation de son infrastructure IT entravé par ces longs mois d’affrontement judiciaire, a révélé Bloomberg. Ce contrat prévoit la migration des systèmes informatiques du Pentagone dans le cloud Azure de Microsoft et il a été de nouveau confirmé à Microsoft en septembre 2020. Mais le Département américain de la Défense (DOD) a indiqué qu’il allait reconsidérer le marché controversé si un juge fédéral refusait de rejeter les revendications d’Amazon qui pointait l’ingérence de l’ex-président Donald Trump dans l’attribution du mega-contrat.

Amazon estime en effet que le choix arrêté par le Pentagone n’est pas uniquement basé sur des arguments techniques et tarifaires mais qu’il a pâti de l’animosité existant entre son fondateur Jeff Bezos et Donald Trump. Lorsque le contrat Jedi avait été dévoilé, AWS était alors bien placé pour l’obtenir. Le mois dernier, le Pentagone avait indiqué que si le tribunal rejetait la motion de l’administration, il serait probablement confronté à un processus judiciaire encore plus long et que cela prendrait trop de temps de prouver que le choix de Microsoft pour le contrat Jedi n’avait pas été influencé par la Maison Blanche. Pendant un moment, Oracle, autre fournisseur de cloud public, s’est lui aussi joint au contentieux judiciaire avant d’être débouté. 

Stratégie réévaluée, 13 autres contrats cloud mis en avant

Selon un porte-parole du Pentagone, le directeur des systèmes d’information du DOD va réévaluer la stratégie à l’avenir. L’objectif du projet Jedi était d’accélérer le déploiement de services dans le cloud, ce qu’entrave clairement la procédure judiciaire. Le département de la Défense a commencé à mettre en avant les 13 autres contrats clouds qu’il a avec différents fournisseurs, dont Oracle et Amazon. Par ailleurs, quelques-uns des principaux promoteurs du contrat Jedi ont quitté ses rangs. Parmi eux, Chris Lynch, l’ancien directeur du service numérique de la Défense, qui a conçu le projet et qui a depuis lancé une société de technologie travaillant avec l’administration. De même, le CIO Dana Deasy a été remplacé par John Sherman.

Source