L’exoplanète Gliese 486 b pourrait avoir une atmosphère

L'exoplanète Gliese 486 b pourrait avoir une atmosphère

À environ 26 années-lumière de la Terre se trouve Gliese 486, une étoile naine rouge. Ce type d’astre parsème la Voie lactée. Si elles sont impossibles à observer à l’œil nu dans le ciel nocturne, un bon télescope fait l’affaire. Et justement, en étudiant Gliese 486 entre 2016 et 2020, des astronomes ont découvert une exoplanète orbitant autour de cette naine rouge. Baptisée Gliese 486 b, elle a fait
l’objet d’une publication dans la revue Science qui nous détaille l’extraordinaire potentiel qu’elle recèle pour nous autres Terriens. En effet, il s’agit d’une exoplanète de type rocheux, comme la Terre, susceptible de posséder une atmosphère semblable à la nôtre. Gliese 486 b est trois plus grosse que notre planète et , 2,8 fois plus lourde. Cette super-Terre rocheuse met 1,5 jour pour accomplir son orbite autour de sa naine rouge. Etant très proche de son étoile, elle connaît une température très élevée, de l’ordre de 430°C.

Il a fallu croiser deux méthodes de détection

Pour débusquer Gliese 486 b, les scientifiques ont utilisé deux méthodes de détection différentes. Tout d’abord, ils ont observé les variations lumineuses de l’étoile à chaque fois que l’exoplanète passait devant elle. Ils ont ensuite utilisé la méthode des vitesses radiales, aussi appelée spectroscopie Doppler, qui permet de mesurer la vitesse relative d’objets et sert à la recherche d’exoplanètes. A partir de l’observation du spectre de la lumière émise par l’étoile, on décèle les perturbations dudit spectre au moment où l’étoile se trouve sous l’influence de la gravité de la planète qui orbite autour d’elle. C’est en combinant ces deux techniques d’observation que les astronomes sont parvenus à détailler les caractéristiques de Gliese 486 b.

D’après eux, sa surface est « parsemée de volcans et de rivières de lave ». Impossible d’envisager une quelconque habitabilité. En revanche, si Gliese 486 b possède bel et bien une atmosphère, les astronomes pourront en déduire que toutes les planètes présentant des caractéristiques similaires tout en étant plus éloignées de leur étoile ont une atmosphère et pourraient être habitables.

« Gliese 486 b est une découverte exceptionnelle, qui va probablement devenir la pierre de Rosette des recherches atmosphériques des exoplanètes rocheuses », s’emballe Trifon Trifonov, chercheur au Max Planck Institute for Astronomy, et auteur principal de l’étude.

Image : flflflflfl/Pixabay

Source