Portrait d’Alexis Marchal, doctorant en Finance

23.03.21 – Alexis Marchal are rejoint le programme doctoral de l’EPFL en 2016 afin de poursuivre ses études et obtenir son doctorat en Finance. Il nous raconte son exprience jusqu’à maintenant.

 Pouvez-vous vous décrire en quelques mots ?

Je suis doctorant au département de finance de l’EPFL et au Swiss Finance Institute (SFI). J’ai grandi dans la petite ville de Louvain-la-Neuve en Belgique où je suis resté jusqu’au début de mon master. J’ai ensuite fait un échange avec l’université de Genève pendant un an et après avoir terminé mon diplôme, j’ai décidé de rester en Suisse pour faire un doctorat.

Parlez-nous un peu de vos recherches et comment pensez-vous qu’elles vont se développer à l’avenir ?

Je m’intéresse au développement de méthodes permettant d’extraire des signaux à partir de grands ensembles de données financières. Mes recherches couvrent un large éventail de domaines allant de l’estimation de processus stochastiques à l’analyse de données non structurées telles que des textes ou même des images vidéo.

Je suis particulièrement enthousiasmé par ce dernier projet car il s’agit d’un domaine qui ne pouvait pas être étudié de manière systématique jusqu’à très récemment. En effet, je montre que le comportement des banquiers centraux lors des conférences de presse révèle en réalité certaines informations pertinentes pour les prix des actions. Grâce aux progrès récents de l’apprentissage profond dans le domaine de la vision par ordinateur, il est désormais possible de construire des mesures objectives qui décrivent la communication non verbale. Nous savons que c’est quelque chose qui compte, mais en même temps, c’est aussi difficile à quantifier. J’espère avoir l’occasion d’explorer davantage ce sujet à l’avenir.

Pouvez-vous décrire votre journée type au cours du semestre et pendant la pause semestrielle ? Comment vous êtes-vous adapté à la crise du Covid-19 ?

J’arrive le matin à Extranef, je monte à la machine à café, je discute quelques minutes s’il y a quelqu’un, puis je commence à travailler. Pour le déjeuner, je mange habituellement à Geopolis ou parfois aux food trucks à côté du centre Rolex. L’après-midi, si le temps est ensoleillé, je fais souvent une petite promenade autour du campus ou le long du lac lorsque je suis bloqué sur un problème. Cela m’aide à réfléchir.

En raison du Covid-19, j’ai déménagé toutes mes affaires de bureau dans mon appartement pour pouvoir travailler à distance. Au début, c’était difficile de garder une routine de travail, mais après quelques semaines et après avoir suivi des conseils que j’ai trouvés en ligne, cela fonctionne mieux. Une chose importante est de conserver autant d’interactions (virtuelles) que possible. Il est nécessaire de passer fréquemment des appels vidéo ou téléphoniques à vos amis/collègues/famille pour rester en contact autant que possible. En 2021, après avoir réalisé que la politique de travail à domicile serait prolongée pendant une longue période, j’ai décidé de quitter mon appartement à Lausanne et d’en louer un à Arolla, en Valais. La vue est bien plus belle et je prévois de travailler depuis cet endroit jusqu’à ce que la situation s’améliore et que nous puissions retourner au bureau en toute sécurité.

Parlez-nous de l’atmosphère de travail avec le professeur Collin-Dufresne, le professeur Hugonnier et vos collègues chercheurs ?

J’ai la chance d’avoir des superviseurs qui ont toujours pris le temps de discuter avec moi lorsque j’avais besoin de conseils et ils ont toujours soutenu les axes de recherche qui m’intéressaient. Le fait d’avoir une certaine liberté dans votre processus de recherche vous aide à sélectionner les problèmes les plus intéressants pour vous et vous permet de rester motivé. C’est important, car un doctorat est un voyage long et semé d’embûches.

Je pouvais également compter sur les autres doctorants pour avoir des conversations intéressantes lorsque j’avais besoin de l’avis de quelqu’un d’autre. Dans l’ensemble, j’ai eu la chance de trouver un environnement très collaboratif à l’EPFL.

© 2021 EPFL

En dehors de la recherche, avez-vous un autre intérêt ?

Oui! J’aime les activités de montagne. J’ai toujours aimé le ski, mais comme je vivais en Belgique, je ne pouvais y aller qu’une fois par an, au mieux. Venir en Suisse m’a donné l’occasion de profiter des activités hivernales beaucoup plus fréquemment. Ici, j’ai découvert le ski de randonnée qui était un excellent moyen de faire de l’exercice lorsque toutes les stations de ski fermaient au semestre de printemps 2020. Lorsque les conditions d’enneigement sont mauvaises, je me détends généralement en faisant une petite randonnée en raquettes. Pendant l’été, je fais de la randonnée en montagne. Très récemment, j’ai commencé l’alpinisme avec l’ascension du Bishorn en Valais.

© 2021 EPFL

Source