rechute

Rechute

Économie & Finance : Rechute |

Chronique boursière de la BCGE publiée le 08 octobre 2019 dans Le Temps.

Mardi, le marché suisse a démarré la séance en repli de 0,10% à 9904,13 points, avant de trébucher sur la barre des 9000 points. Les indications en provenance de Wall Street étaient négatives. Sur le dossier commercial sino-américain, les signaux sont contradictoires avant la reprise ce jeudi des négociations. Le Dow Jones a cédé 0,36% à 26478,00 points et le Nasdaq 0,33% à 7956,29 points. Dans la matinée, le Nikkei a engrangé 0,99% à 21587,78 points. Sur le plan macroéconomique, la production industrielle allemande a progressé de 0,3% sur un mois en août alors qu’en France, le déficit commercial se creusait en août à 5 milliards d’euros. En Suisse, le taux de chômage est resté inchangé à 2,1% en septembre. Le SMI a clôturé en baisse de 1,15% à 9800,24 points et le SPI de 1,08% à 11944,72 points. Le géant agroalimentaire Nestlé (-0,65% à 107,10 francs) a tenté de retenir la chute de son indice mais l’ouverture négative aux Etats-Unis a précipité toutes les places boursières dans le rouge. Roche (-1,44% à 284,60 francs) a obtenu l’aval de l’Institut suisse des produits thérapeutiques pour son médicament Tecentriq, utilisé dans le traitement du cancer du poumon à petites cellules. Novartis (-1,39% à 84,71 francs) a annoncé l’homologation d’un traitement contre la dégénérescence maculaire humide liée à l’âge aux Etats-Unis et un succès clinique dans le domaine dermatologique. Aux cycliques, Lonza (-1,30% à 325,50 francs) a été sélectionné par Prevail pour le développement de thérapies géniques. Adecco (-1,70% à 53,22 francs) a souffert de l’abaissement de la participation de Blackrock dans son capital. Aux bancaires, Credit Suisse (-0,61% à 11,405 francs) a résisté un peu mieux que sa consÂœur UBS (-1,17% à 10,525 francs). Sur le marché élargi, Aryzta a reculé de 5,19% à 0,69 francs. Il n’est pas parvenu à renouer avec le seuil de rentabilité sur son exercice décalé 2018/19, mais la perte nette s’avère néanmoins sensiblement moindre que le déficit essuyé un an plus tôt.

Les dernières chroniques boursière de la Salle des marchés :

Source

Article gratuit et sans publicité, soutenez-nous en partageant avec votre réseau :
Retour haut de page