Un partisan du RGPD plaide pour une évolution du texte

Un député européen allemand estime qu’il est temps de faire évoluer le RGPD. Le texte doit être adapté aux récentes technologies comme l’IA, la blockchain et à la généralisation du télétravail.

C’est une voix qui compte au sein du Parlement européen, l’allemand Axel Voss s’est prononcé pour un remaniement du RGPD. Dans un entretien au Financial Times, le député européen membre du PPE (Parti populaire européen) estime que le règlement général sur la protection des données tel que voté en 2016 n’est plus adapté à l’environnement actuel.

« Nous devons être conscients que le RGPD n’est pas fait pour la blockchain, la reconnaissance faciale et vocale, le data et texte mining ou l’IA », précise Axel Voss. Cette prise de position intervient au moment où le Parlement britannique s’apprête à voter un texte célébrant le RGPD comme « un étalon-or pour le monde ».

Le RGPD est un champ de mines avec le télétravail

Dans son entretien, le député européen ne veut pas tout bouleverser dans le RGPD. Les modifications doivent être réalisées « de manière chirurgicale » pour tenir compte par exemple du passage au télétravail en raison de la pandémie qui a entraîné une série de problèmes de conformité technique. Il constate qu’actuellement le RGPD est « un champ de mines » pour les entreprises avec des employés à distance.

« Si vous êtes à la maison et que vous traitez des données personnelles, vous êtes seuls à gérer de nombreuses obligations légales qui sont difficiles à comprendre. Quelles sont les exigences pour traiter la protection des données dans un cadre de télétravail ? », s’interroge Axel Voss. Ce dernier estime que le PPE et la chancelière Angela Merkel partagent sa réflexion sur l’adaptation du RGPD.

Source